fbpx

La période de présentation des candidatures pour le Grand prix scientifique, le Prix Banque Nationale – Innovation et soutien à la communauté et le prix de la relève scientifique est ouverte !  

Les prix d’excellence de la Fondation cancer du sein du Québec célèbrent chaque année les acteur.trice.s inspirant.e.s qui contribuent aux avancées scientifiques et à l’innovation dans le domaine du cancer du sein au Québec.  

GUIDES ET FORMULAIRES D’INSCRIPTION  

Grand prix scientifique (Lauréat 2023 : Dr. Jean-François Côté) 

Vise à rendre hommage à une personne pour l’envergure et l’impact de sa carrière. La qualité scientifique des recherches effectuées doit avoir mené à des avancées importantes dans la lutte contre le cancer du sein. Le prix est accompagné d’une bourse de 25 000 $. 

Prix Banque Nationale – Innovation et soutien à la communauté (Lauréats 2023 : Équipe Parole-Onco) 

Est attribué à une personne dont les travaux ont permis l’introduction d’une innovation remarquable ou contribué à l’amélioration significative d’une pratique au bénéfice des patients touchés par un cancer du sein. Le prix est accompagné d’une bourse de 25 000 $. 

Prix de la relève scientifique (nouvelle formule) 

Est attribué par la Fondation aux jeunes étudiant.e.s chercheur.euse.s (PhD/Post-Doc) qui se sont distingué.e.s par la qualité de leurs travaux de recherche en cancer du sein. Le prix est accompagné d’une bourse complémentaire de 5 000$. 

N’hésitez pas à partager dans votre réseau si vous pensez à des candidat.es !  

LES PRIX D’EXCELLENCE NOS LAURÉATS 2023

Grand prix scientifique

Jean-François Côté

Le Dr. Jean-François Côté est président, directeur scientifique, directeur de l’unité de recherche en organisation du cytosquelette et migration cellulaire et professeur titulaire de recherche de l’Institut de recherches cliniques de Montréal. Il est professeur-chercheur titulaire du département de Médecine de l’Université de Montréal, professeur associé au département de médecine de l’université McGill et titulaire de la Chaire Transat en recherche sur le cancer du sein. Il est l’auteur de plus de 70 publications scientifiques et a reçu depuis 2005 de très nombreuses subventions pour ses excellents travaux de recherche.  

Le Dr Jean-François Côté est internationalement reconnu pour ses études sur les mécanismes de migration et d’invasion des cellules cancéreuses. Ses travaux, en particulier sur les cellules tumorales du sein, ont ouvert de nouvelles approches pour le développement de thérapies visant à interférer avec le processus métastatique mortel. Ses travaux fondamentaux démontrant la fonction et le mécanisme de plusieurs protéines d’adhésion cellulaire dans les cellules cancéreuses ont permis une compréhension unique de la signalisation et des événements moléculaires dans les mouvements cellulaires modulés par les oncogènes.  

Le Dr Côté continue de faire des découvertes remarquables dans ce domaine en dirigeant et en collaborant actuellement au développement de modèles dérivés de tumeurs humaines pour le criblage préclinique de médicaments anticancéreux, en particulier ceux associés aux gènes tumoraux, tels que AXL, DOCK1 et ELMO, qui sont activés dans plusieurs cancers du sein. 

Prix Banque Nationale

Innovation et soutien à la communauté : Équipe Parole-Onco 

L’équipe de Parole-onco

L’équipe de Parole-onco est constituée de Marie-Pascale Pomey, médecin de santé publique, professeure titulaire au département de médecine de famille et médecine d’urgence et à l’École de santé publique de l’Université de Montréal, chercheure au Centre de recherche du CHUM (Carrefour de l’innovation) et co-directrice scientifique du Centre d’excellence sur le partenariat avec les patients et le public, de Mado Desforges co-chercheure principale du programme PAROLE-Onco, de Marie-Andrée Côté et Madeleine Coté patientes accompagnatrices. Dre Pomey est reconnue comme étant une pionnière et une leader sur l’engagement des patients dans le système de santé et dans la recherche co-réalisée avec des patients. 

Le soutien par les pairs est vieux comme le monde… par contre introduire un patient qui a déjà vécu un épisode de soins dans une équipe clinique en oncologie est une innovation qui bouscule les pratiques cliniques et organisationnelles. Le Programme PAROLE-Onco a ainsi permis d’introduire des patientes accompagnatrices (PA) dans la trajectoire de soins de personnes touchées par un cancer du sein dans trois établissements au Québec (le Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS-EMTL) et le CHU de Québec-Université Laval). Ces patientes accompagnatrices sont sélectionnées, formées, coachées et apportent un soutien émotif, informationnel, éducatif et de navigation pour soutenir les patientes. L’évaluation de l’implantation du programme a mis en évidence que les PA apaisent l’anxiété vécue par les patientes, leur permettent de mieux faire face à l’impact du cancer dans les différentes facettes de leur vie et les soutiennent pour devenir partenaires de leurs soins. Elles permettent ainsi d’améliorer leur expérience vécue. Elles amènent aussi des informations pertinentes pour les professionnels de la santé afin qu’ils puissent mieux répondre à leurs besoins. Elles ramènent aussi en temps réel des dysfonctionnement vécus par les patientes afin que des mesures d’amélioration des soins et des parcours soient mises en place. Elles contribuent ainsi à redonner du sens au travail réalisé par les professionnels et les gestionnaires du système de santé. Ce programme va être déployé dans 5 autres établissements au Québec et pour d’autres trajectoires que le cancer du sein. Il s’implante aussi en France, en Suisse et en Belgique. 

Prix Pam McLernon de l’engagement bénévole

Djazya Yettou 

Le prix Pam McLernon de

Le prix Pam McLernon de l’engagement bénévole est attribué chaque année à un bénévole, un organisateur ou un comité organisateur d’une initiative communautaire, dont l’engagement auprès de la Fondation et pour la cause est remarquable par son impact.    

Cette année, la

Cette année, la Fondation a souhaité souligner l’implication de Djazya Yettou, une jeune étudiante de 17 ans, qui, de sa propre initiative, a tenu un kiosque de sensibilisation toutes les semaines du mois d’octobre à son Cégep. Touchée de près par la maladie, Djazya a redoublé de créativité en développant son propre matériel éducatif pour attirer l’attention de ses camarades, afin de les sensibiliser au cancer du sein. Depuis, elle s’implique en tant que bénévole dans diverses actions menées par la Fondation cancer du sein du Québec. Son énergie et son implication en tant que bénévole font d’elle une super alliée pour la cause, qui lui tient à coeur. En remettant ce prix, nous souhaitons également encourager Djazya dans la poursuite de ses études en sciences, pour atteindre son rêve: devenir oncologue.  

NOS PRÉCÉDENTS LAURÉATS

Grand prix scientifique

Dr Jean-Yves Masson – Vers une médecine personnalisée selon le statut génétique des patients

Le Dr Jean-Yves Masson est chercheur régulier au Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval, axe Oncologie, et professeur titulaire au département de biologie moléculaire, biochimie médicale et pathologie de la Faculté de médecine de l’Université Laval. Il est également titulaire de la Chaire de recherche du Canada réparation de l’ADN et approches thérapeutiques du cancer. Il s’est vu décerner de multiples reconnaissances et a publié plus de 100 articles dans des revues scientifiques de renom.

On sait que des mutations génétiques peuvent mener au développement du cancer du sein. L’équipe du Dr Masson s’intéresse aux mécanismes de réparation de l’ADN qui assurent le maintien de l’intégrité du génome, en particulier la recombinaison homologue (RH), ainsi qu’aux avenues thérapeutiques qui en découlent.

Des mutations aux gènes BRCA et PALB2 impactent leurs fonctions de surveillance et de réparation de l’ADN. Le Dr Jean-Yves Masson est le premier à avoir découvert que les mutations dans le gène PALB2 représentent des vulnérabilités que l’on peut cibler avec des molécules nommée inhibiteurs de poly(ADP)ribose polymérase (PARPi).  Il développe une stratégie de létalité synthétique, qui permet d’enrayer spécifiquement les cellules cancéreuses mutées en PALB2 tout en épargnant les cellules saines. En utilisant la génomique, son équipe évalue l’impact des variations génétiques répertoriées dans PALB2 afin d’identifier celles qui pourraient être utilisées au bénéfice des patients dans une approche de médecine personnalisée avec une prise en charge clinique selon le statut génétique.

Prix Banque Nationale

Josée Savard – Lutter contre l’insomnie en utilisant de nouvelles technologies pour améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de cancer

Josée Savard est professeure titulaire à l’École de psychologie de la Faculté des sciences sociales, chercheuse régulière du Centre de recherche sur le cancer de l’Université Laval, du Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval (axe Oncologie) et du Centre d’études et d’interventions en santé mentale de l’Université Laval, directrice du Groupe de recherche sur les interventions psychologiques financé par le FQRSC ainsi que membre de l’Équipe de recherche Michel-Sarrazin en oncologie psychosociale et soins palliatifs et du Réseau de recherche en soins palliatifs et de fin de vie. Dre Savard est reconnue comme étant une pionnière et une leader sur le plan international dans l’étude de l’insomnie associée au cancer du sein.

L’insomnie est une condition très fréquente chez les personnes atteintes d’un cancer du sein à différentes étapes de la trajectoire de soins. Pourtant, cette problématique demeure sous-diagnostiquée et sous-traitée. En 2005, la Dre Savard publie son premier essai clinique randomisé démontrant l’efficacité de la thérapie cognitivo-comportementale de l’insomnie (TCC-I) chez les femmes traitées pour un cancer du sein. Résultats confirmés par plusieurs autres études depuis. Reconnaissant que la TCC-I est efficace, mais peu accessible aux patients, Dre Savard travaille sur le développement de modalités d’intervention auto-administrées, lesquelles sont moins coûteuses, requièrent moins de ressources professionnelles, et sont plus susceptibles d’être implantées dans les soins de routine contre le cancer sans surcharger le système de santé. Insomnet est un programme complètement auto-administré de TCC-I offert sur internet et qui a spécifiquement été développé pour aider les personnes vivant avec un cancer à réduire leur insomnie. Il est composé de différents modules et contient des fonctions interactives qui procurent un feedback automatisé mais individualisé à chaque participant. Une étude récente a montré qu’un traitement par étapes incluant Insomnet était aussi efficace qu’un traitement standard administré par un clinicien.

Prix de la relève scientifique

Stéphanie Wong – Optimiser la prise de décision chirurgicale et des stratégies de prévention chez les femmes à haut risque de cancer du sein

Stéphanie Wong, MD MPH, est professeure adjointe de chirurgie à la faculté de médecine de l’Université McGill et chirurgienne oncologue du sein au Centre du cancer JGH Segal à Montréal. Ses intérêts cliniques et de recherche portent sur les résultats chirurgicaux après un traitement néoadjuvant et les populations de patients à haut risque de cancer. Elle dirige la clinique du sein à haut risque du Centre de Prévention du Cancer de la Famille Stroll de l’HGJ.

Alors que la Canadienne moyenne a un risque de 12 % de développer un cancer du sein au cours de sa vie, certaines femmes se situent sur un continuum à haut risque allant de 20 à 85 %. C’est notamment le cas de celles ayant reçu des traitements de radiothérapie de la paroi thoracique. Pour ces femmes, la gestion du risque de cancer du sein repose sur des stratégies de prévention et de surveillance. Le choix des stratégies de prévention est souvent complexe et prend en considération le risque estimé, la réduction du risque offerte par ces stratégies, leurs effets secondaires possibles, ainsi que l’impact perçu d’un diagnostic de cancer du sein sur la qualité de vie. Bien que la prévention endocrinienne ou la mastectomie bilatérale prophylactique réduisent le risque de manière considérable, elles ne sont pas associées à une nette amélioration de la survie globale. Stéphanie Wong cherche à mieux connaître les caractéristiques des sous-types de cancers du sein qui se développent chez des femmes précédemment traitées par radiothérapie thoracique, leur réaction aux traitements ainsi que leur pronostic. La connaissance de ces éléments pourrait influencer et faciliter la prise de décision concernant les stratégies de prévention à adopter pour ces sous-groupes à haut risque.

Prix Pam McLernon de l’engagement bénévole

Alexandra Dubé

Alexandra Dubé est médecin de famille dans la région de Mont-Laurier. Un cancer du sein lui a été diagnostiqué en 2019 alors qu’elle était âgée de 30 ans. En tant que membre engagée du groupe de soutien Ma Santé Active, elle publiait régulièrement des tranches de vie inspirantes de son quotidien « actif », qu’elle conciliait aussi bien avec sa vie de famille que la reprise de son activité professionnelle. Alexandra Dubé a également participé à plusieurs conférences de la Fondation ainsi qu’à la Virée Rose en 2021. Ce prix lui est remis pour son engagement envers la cause et au sein de notre communauté.

Son énergie contagieuse et positive ainsi que sa générosité demeurent une grande source d’inspiration pour ceux et celles qu’elle côtoie.