Étapes et fonctionnement du traitement

L’établissement du plan de traitement du cancer du sein

La détermination précise du diagnostic, du stade et du grade d’un cancer du sein permet de décider du plan de traitement parmi ces différentes solutions : la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie, l’hormonothérapie et la thérapie ciblant Her2. Dans de nombreux cas, on a recourt à une combinaison de ces techniques.

Chaque traitement du cancer du sein a ses forces et ses limites, ses avantages et ses inconvénients, comme des effets secondaires désagréables ou handicapants, qui diffèrent d’un patient à l’autre. Pour ces raisons, l’équipe soignante discute en détail des traitements possibles avec leurs patients. Souvent, ceux-ci peuvent faire un choix entre plusieurs options de traitement, notamment en chirurgie.

En fait, l’état de santé, la progression du cancer ainsi que les préférences, craintes et objectifs de chaque patient sont déterminants dans l’établissement du plan de traitement, qui est basé sur les éléments suivants :

  • Le stade du cancer du sein diagnostiqué ;
  • Le fait que la femme soit ménopausée ou non ;
  • Le statut des récepteurs hormonaux du cancer du sein à traiter ;
  • L’analyse du statut du gène HER2 ;
  • Le risque de récidive, donc d’un nouveau cancer, dans le cas d’un cancer du sein précoce ; 
  • L’état de santé global de la personne ; 
  • Ce que décidera la personne à traiter quant au choix de certains traitements.

Votre équipe de soin

Une personne atteinte d’un cancer du sein est entourée d’une équipe soignante, formée d’un ou de plusieurs médecins spécialisés parmi les suivants : 

  • Les oncologues médicaux, experts en cancer et en chimiothérapie ; 
  • Les chirurgiens oncologues, qui opèrent pour enlever des tumeurs cancéreuses et qui peuvent également prescrire la chimiothérapie au Québec ; 
  • Les radio-oncologues, spécialisés dans le traitement du cancer par les rayonnements (radiothérapie).

L’équipe soignante peut compter aussi un (e) infirmier(ère) pivot en oncologie et, possiblement, d’autres experts, comme un diététiste, un travailleur social, un psychologue, etc., qui tous formés pour aider des patients atteints de cancer.

Votre infirmière pivot : une ressource inestimable

L’infirmière pivot en oncologie peut être plus qu’une intermédiaire entre le patient et les autres membres de l’équipe soignante. Pour certains patients, elle est une confidente ou un guide qui pourra les aider à mieux affronter la situation nouvelle, troublante et complexe qu’est la lutte contre un cancer.

Par conséquent, si vous ou l’un de vos proches allez être traité pour un cancer du sein, n’hésitez pas à vous confier à votre infirmière pivot en oncologie. Dites-lui ce que vous ressentez et interrogez-la. Avec vos médecins, elle vous informera sur ce qui vous attend et vous y préparera, en plus de vous diriger au besoin vers d’autres membres de l’équipe soignante. N’oubliez pas qu’en tout temps vous pouvez contacter notre ligne de soutien.

Avant votre rendez-vous avec un médecin, vous pouvez vous préparer en faisant une liste de questions à apporter avec vous. Le médecin aura sans doute prévu la plupart de vos questions, mais cette liste vous assurera de ne rien oublier. Vous pouvez également être accompagné par l’un(e) de vos proches qui pourra vous soutenir lors de ces rendez-vous. Plus vous serez bien informé sur votre état et les possibilités de traitement, plus vous serez en mesure de recevoir celui-ci dans les meilleures conditions.

Médecine intégrative

Complémenter son traitement du cancer du sein avec des approches complémentaires holistiques comme le yoga, la méditation, la massothérapie, l’activité physique, des conseils nutritionnels, etc. 

La médecine intégrative : 

  • Description : une nouvelle façon de concevoir les soins de santé, amorcée aux États-Unis dans les années 1990.
  • Méthode : combiner les traitements conventionnels avec des approches complémentaires holistiques.
  • But : parvenir à une guérison plus rapide et améliorer les soins donnés au patient, sa santé, son bien-être et sa qualité de vie.
  • Relation de confiance entre le médecin et le patient
  • Discussion pour comprendre plusieurs aspects de la vie du patient
    • Alimentation
    • Niveau d’activité physique
    • Niveau de stress
    • Sommeil
    • Etc.
  • Suggestions d’approches complémentaires les plus adaptées pour améliorer le bien-être du patient.
    • Introduction avec les professionnels appropriés
    • Suivi de(s) approches complémentaire(s) choisie(s)
    • Amélioration souhaitée du bien-être du patient

Approches proposées en médecine intégrative :

  • Kinésiologie
  • Massothérapie
  • Acupuncture
  • Yoga
  • Méditation
  • Art-thérapie
  • Nutrition
  • Exercices physiques supervisés
  • Autohypnose

Bienfaits apportés 

Ces approches complémentaires visent à diminuer la douleur causée par le cancer et les effets secondaires dus aux traitements, comme la nausée et la fatigue. Certaines approches sont bénéfiques pour diminuer l’anxiété et le stress. De plus, elles aident à intégrer de meilleures habitudes de vie, qui ont un effet positif sur la santé globale.Voici des exemples de bienfaits apportés par certaines des approches complémentaires :

Approches complémentairesBienfaits
AcupunctureContrôler la nausée et les vomissements causés par la chimiothérapie.Diminuer la douleur due au cancer.
HypnoseDiminuer la douleur, la nausée et la fatigue après la chirurgie.
MassothérapieDiminuer la douleur, la fatigue, l’anxiété et les nausées.
MéditationAider à relaxer.Aider à gérer la douleur, la dépression et l’insomnie.
Activité physique Donner de la force et de l’endurance.Aider à relaxer et gérer le stress.Diminuer la douleur, la fatigue, l’anxiété et la dépression.Augmenter la durée de vie.
Conseils nutritionnels Gérer les changements de poids.Contrôler la nauséeIndiquer quel supplément alimentaire peut interférer avec le traitement.Donner des conseils pour améliorer la santé.
YogaDiminuer le stress.Aider à contrôler l’anxiété, la dépression et l’insomnie.

Des approches pour se sentir mieux pendant les traitements

Il est important de mentionner que les approches complémentaires ne visent pas à guérir le patient, mais plutôt contribuent à son bien-être. Elles ont pour but d’amoindrir les effets incommodants de la chimiothérapie, soutenir le patient pendant cette épreuve et améliorer sa qualité de vie

Les approches complémentaires ne doivent pas remplacer les traitements conventionnels, mais les complémenter. 

L’arrêt ou l’interruption des traitements sans avis médical comporte des risques pour la santé.

À propos de la recherche sur la médecine intégrative

La médecine intégrative est une approche qui prend de l’ampleur. Plusieurs universités américaines et canadiennes sont réunies dans des groupes, comme le Consortium on Heath Centers for Integrative Medicine (NCCIH) et le Consortium des centres de santé universitaires en médecine intégrative, qui étudient les avantages et bénéfices de la médecine intégrative.

Il faut savoir que pour être considérés en médecine intégrative, les bienfaits apportés par les approches complémentaires doivent avoir été scientifiquement validés, en matière de sécurité et d’efficacité. 

 Au Québec, le CHUM et l’hôpital Maisonneuve-Rosemont suggèrent cette approche à leurs patients. Les médecins qui font de la médecine intégrative doivent être certifiés. Des cours sur le sujet sont donnés aux résidents en oncologie à l’Université de Montréal. 

Parlez-en à votre médecin !

Si les approches complémentaires vous intéressent, parlez-en à votre médecin. Il saura vous guider vers de bonnes ressources. Bien qu’elles puissent être bénéfiques, certaines approches peuvent aussi être contre-indiquées. Il est donc primordial d’en discuter avec l’équipe médicale et de s’assurer de l’expertise et des qualifications des intervenants.

Références

Faire un don Faire un don