Le traitement contre le cancer peut laisser des séquelles, comme : 

  • Ostéoporose
  • Changement de poids
  • Ménopause précoce
  • Troubles de la fertilité
  • Neuropathie
  • Séquelles psychologiques
  • Lymphœdème 

Pour toute inquiétude concernant ces problèmes de santé, consultez votre médecin. 

Le lymphœdème

La biopsie sentinelle, la dissection axillaire, la chirurgie mammaire et la radiothérapie peuvent amener des complications musculo-squelettiques chez les personnes traitées pour un cancer du sein. Certaines de ces complications peuvent être réversibles, surtout si elles sont prises en charge rapidement. La plus complexe demeure le lymphœdème. Le lymphœdème est une enflure due à une accumulation de lymphe dans les tissus mous près de l’organe où les ganglions ont été enlevés ou endommagés par un traitement. Il est caractérisé par une enflure du bras et de la main et une difficulté à bouger le membre. 

Voici quelques précautions à prendre afin de diminuer le risque d’apparition du lymphœdème du bras dans les semaines suivant la chirurgie :

  • Protégez votre peau. Évitez les traumatismes tels que : piqûres d’insectes, coupures, égratignures d’animaux, brûlures et coups de soleil. S’il y a une plaie ouverte, lavez la région et appliquez un onguent antibactérien. Évitez les substances qui irritent votre peau.
  • Dès l’apparition de symptômes d’infection (éruption cutanée, rougeur, démangeaison, douleur, inflammation, augmentation de température ou de fièvre et malaise général), consultez un professionnel de la santé.
  • Idéalement, faites prendre votre pression artérielle sur le bras non opéré. Si possible, ne recevez pas d’injection ni de perfusion et ne faites pas prendre de prise de sang dans le bras opéré (à cause du risque d’infection).
  • Soyez prudent lorsque vous vous exposez aux températures élevées (bains chauds, saunas, spas et soleil), car la chaleur peut favoriser l’enflure.
  • Afin de favoriser la circulation lymphatique, il est recommandé de faire un programme d’exercices qui inclut des exercices de musculation des bras (avec des poids ou des élastiques) et des exercices cardiovasculaires.
  • Faites un retour graduel aux activités. Fixez-vous des objectifs à court terme ; l’important est de bouger quotidiennement.

La recherche a démontré que l’apparition du lymphœdème est plus fréquente chez les personnes ayant un surplus de poids ou ayant pris du poids depuis la chirurgie. Ainsi,  il est recommandé de maintenir un poids santé.

Neuropathie

La chimiothérapie peut causer des lésions au système nerveux (neuropathie) qui sont ressenties comme suit :

  • Engourdissements dans les mains ou les pieds.
  • Pertes d’équilibre, étourdissements ou troubles de la coordination.
  • Confusion, agitation.
  • Troubles cognitifs.
  • Modification de la sensibilité à la chaleur ou au froid.
  • Douleur vive.  
  • Faiblesse musculaire.
  • Constipation.
  • Difficultés à uriner.
  • Problèmes de l’ouïe (acouphène, perte d’audition)
  • Problèmes de la vision (floue ou trouble), mouvement saccadé des yeux.
  • Douleurs à la mâchoire.
  • Changement du goût ou de l’odorat.

Les dommages varient selon l’agent chimiothérapeutique reçu et la dose administrée. Ces troubles sont souvent temporaires. Il arrive que ces dommages durent plus longtemps ou se manifestent des mois ou des années après le traitement. Des médicaments, du soutien en physiothérapie ou en ergothérapie ou une prothèse auditive pourraient être nécessaires pour vous adapter à ces changements. 

Si vous ressentez des effets neuropathiques durant le traitement, votre équipe soignante pourrait décider de cesser ou diminuer la chimiothérapie le temps que les symptômes s’estompent pour prévenir des dommages au système nerveux.

  • Avisez votre médecin si vous ressentez l’un de ces symptômes. 
  • Aussi, si vos doigts sont engourdis, soyez prudent lorsque vous manipulez des objets tranchants ou d’autres instruments dangereux. 
  • Si votre équilibre est affecté, déplacez-vous avec prudence

Faire un don Faire un don