Logo FCSQ Français

Morag Park, Ph. D.

Partager

Partager sur les réseaux sociaux

Morag Park, Ph. D.
Morag Park, Ph. D. Professeure titulaire de biochimie, de médecine et d’oncologie, Université McGill

Bio

  • Chaire Diane et Sal Guerrera en génétique du cancer
  • Directrice, Centre de recherche sur le cancer Rosalind et Morris Goodman

La Dre Morag Park s’est jointe à l’Université McGill en 1989 et est maintenant professeure au sein des départements de biochimie, de médecine et d’oncologie. Elle est membre de La Société royale du Canada, professeure James McGill et titulaire de la Chaire Diane et Sal Guerrera en génétique du cancer à l’Université McGill. La Dre Park a obtenu une maîtrise avec mention honorable de Glasgow University en Écosse, en 1978, son doctorat en Viral Carcinogenesis du Medical Research Council Virology Institute en Écosse, en 1983 et a complété son stage postdoctoral aux National Institutes for Cancer Research à Washington, DC, aux États-Unis, en 1988. Elle a rejoint l’Institut Ludwig pour la recherche sur le cancer de l’Université McGill en 1988. Elle a été directrice du Groupe d’oncologie moléculaire au Centre hospitalier universitaire de McGill de 2006 à 2008, directrice scientifique de l’Institut de recherche sur le cancer pour les Instituts de recherche en santé du Canada de 2008 à 2013, coprésidente de l’Alliance canadienne pour la recherche sur le cancer de 2008 à 2010 et est directrice du Centre de recherche sur le cancer Rosalind et Morris Goodman depuis 2013. La Dre Park est un chef de file dans la recherche sur les récepteurs tyrosine kinase (RTK) et les mécanismes d’activation oncogéniques des RTK dans les cancers humains. Elle a développé son leadership en étudiant le microenvironnement du cancer du sein. Elle a institué le Groupe de génomes fonctionnels de la tumeur du sein (1999) et la banque de tissus mammaires à l’Université McGill et est membre du conseil scientifique du Cancer Research Network provincial ainsi que du conseil consultatif pour la recherche pour la Société canadienne du Cancer. Elle est la présidente du Tumor Microenvironment Network de l’American Association for Cancer Research (2015-2017). Plus de 190 de ses articles ont été publiés dans les journaux les plus reconnus.

Pourquoi le cancer du sein?

Elle s’est intéressée au cancer du sein à cause de son impact sur la vie de beaucoup de femmes et de leur famille. La forte prévalence du cancer du sein, 1 femme sur 9, et l’âge relativement jeune de beaucoup de femmes affectées par le cancer du sein font de ce cancer un défi de recherche d’envergure par rapport aux autres types de cancers. Le développement d’excellents modèles précliniques de cancer du sein et la capacité d’étudier les tissus de tumeurs humains à partir d’une vaste banque de tumeurs nous ont permis d’avoir une nouvelle compréhension de la maladie, de nous concentrer sur les raisons pour lesquelles certaines tumeurs ne répondent pas au traitement, et d’ainsi se fixer comme objectif de développer de nouvelles stratégies thérapeutiques.

Une réalisation scientifique dont vous êtes fier

À l’aide de la banque de tissus mammaires soutenue par la Fondation du Cancer du sein du Québec, nous avons été les premiers à mener une vaste étude permettant de comparer les cellules de tumeurs aux cellules normales qui entourent et soutiennent la croissance d’une tumeur, ou stroma. Cette étude fut une des premières servant à démontrer que les changements dans le stroma/microenvironnement du cancer du sein sont fortement corrélés avec l’évolution de la maladie. À partir de ces travaux, nous avons développé une signature prédictive pour le résultat d’un patient. Cette étude a été reconnue comme une des 10 plus grandes découvertes du Québec en 2008.

Axe de recherche

  • La biologie du cancer
  • L’étiologie (les causes)
  • La prévention
  • Le dépistage, diagnostic ou pronostic
  • Les traitements
  • L’oncopsychologie
  • Le développement de modèles scientifiques
  • Autre

Distinction

2002 – Chercheur boursier William Dawson, Université McGill
2004 – Orateur de la conférence commémorative Jeanne Manery-Fisher, Société canadienne pour les Biosciences moléculaires
2006 – Professeur James McGill, Université McGill
2007 – Membre de La Société royale du Canada
2014 – Présidente du Tumor Microenvironment Network de l’American Association for Cancer Research
2015 – Bourse de l'Alliance canadienne pour la recherche sur le cancer pour son leadership exceptionnel en recherche sur le cancer

Projets financés par la Fondation

1999 – Groupe de génomes fonctionnels de la tumeur du sein
2002 – Nouvelles méthodes moléculaires pour le diagnostic et le traitement du cancer du sein
2008 – Caractérisation de l’expression génétique et du phénotype des cellules tumorales circulantes : pour mieux comprendre l’origine des métastases
2014 – Plateformes in vitro et in silico à haut débit pour cibler des codépendances entre tumeurs et stroma