Logo FCSQ Français

Mark Basik

Partager

Partager sur les réseaux sociaux

Mark Basik
Mark Basik Chercheur-clinicien, Hôpital général juif / Professeur agrégé, chercheur Département d’oncologie, Faculté de médecine, Université McGill, Montréal

Bio

Né à Montréal, le Dr Mark Basik a étudié la médecine à l’Université McGill et a fait sa spécialisation en chirurgie générale à l’Université de Montréal, puis a obtenu une bourse de recherche en oncologie au Roswell Park Cancer Institute à Buffalo, dans l’état de New York. Après avoir travaillé comme chirurgien oncologue à l’Hôtel-Dieu de Montréal, il est retourné aux États-Unis comme chercheur invité au National Human Genome Research Institute, dans le Maryland, puis est revenu pratiquer au Canada

Pourquoi le cancer du sein?

Les protocoles de recherche clinique en cancer du sein me fascinaient lorsque j’étais résident en chirurgie. Maintenant que je suis un chirurgien spécialisé dans le cancer du sein, mon rapport avec mes patientes me motive beaucoup à trouver un remède au cancer du sein.  

Une réalisation scientifique dont vous êtes fier

La découverte de deux gènes suppresseurs de tumeur, ARID1A et SPEN, chez les cancers du sein hormono-dépendents. Des mutations chez ces deux gènes sont présentes dans un petit nombre de patientes atteintes du cancer du sein, ce qui pourrait affecter leur réponse aux traitements hormonaux, comme le tamoxifène.

Axe de recherche

  • La biologie du cancer 
  • Le traitement 
  • Le développement de modèles scientifiques 

Projets financés par la Fondation

2004 – Découverte de gènes suppresseurs d’une tumeur atypique dans le cancer du sein

2008 – Rôle du DARPP-32 dans la résistance au  trastuzumab dans le cancer du sein

2012 – Rôle d'ARID1A dans le cancer du sein ayant des récepteurs d'estrogènes positifs

2012 – Profil moléculaire de tumeurs du cancer du sein triple négatives et résistantes au traitement

2013 – Un nouveau gène suppresseur de tumeur dans les cancers du sein positif pour le récepteur d’estrogène

2014 – Tests diagnostiques de nouvelle génération pour le cancer du sein                        

2015 – Décomposition des fonctions suppressives de tumeurs de SPEN dans les cancers du