Logo FCSQ Français

Prenez la santé de vos seins en mains !

Partager

Partager sur les réseaux sociaux

1 octobre 2018

En octobre, c’est l’occasion de braquer les projecteurs sur la lutte au cancer du sein! Depuis plus de 20 ans, Octobre Rose se démarque comme une grande campagne de sensibilisation et de prévention, reconnue par plusieurs pays à travers le monde.

Qu’est-ce que le cancer du sein?

Le mot « cancer » désigne plusieurs maladies caractérisées par une division cellulaire anormale et potentiellement mortelle lorsque non traitée. La croissance anormale des cellules cancéreuses est causée par des mutations cellulaires et d’autres changements génétiques qui entraînent la formation de tumeurs. Le cancer du sein peut se développer à plusieurs endroits dans le sein,  mais il se manifeste généralement dans les cellules entourant les canaux qui transportent le lait maternel des lobules mammaires vers le mamelon lors de l’allaitement. Il peut également se former à l’intérieur même des lobules. Un cancer invasif envahira les cellules avoisinantes, alors qu’un cancer in situ (carcinome canalaire ou lobulaire in situ DCIS/LCIS respectivement) consiste en une lésion précancéreuse localisée qui n’affectera pas les tissus voisins. Il existe des formes plus rares de cancer du sein comme le cancer inflammatoire du sein, la maladie de Paget et les tumeurs Phyllodes. Il est extrêmement important de se rappeler que les hommes peuvent également être atteints du cancer du sein et que la détection et le traitement précoce améliorent considérablement les chances de survie.

 

Signes et symptômes

La mammographie et l’observation des seins sont les principales méthodes de détection précoce recommandées. Cependant, il arrive parfois qu’aucun signe ou symptôme ne soient présents. Masses inhabituelles dans les seins ou la région des aisselles, irritation ou plissement cutané, douleurs aux mamelons, écoulement des mamelons, mamelons ombiliqués et rougeurs ou épaississement de la peau ou du mamelon sont tous des signes précurseurs d’un cancer du sein. Les femmes ou les hommes qui remarquent des changements anormaux au niveau de leurs seins devraient immédiatement consulter un professionnel de la santé.

 

Diagnostic

Le diagnostic d’un cancer du sein est habituellement confirmé par biopsie. Dans certains cas, une biopsie chirurgicale peut inclure les tissus des ganglions afin de déterminer le stade du cancer. À l’aide d’un microscope, un pathologiste analyse l’aspect morphologique des cellules recueillies et utilise une teinture médicale afin de de détecter les marqueurs tumoraux spécifiques au cancer du sein (récepteurs hormonaux, statut HER2, etc).

 

Traitements et essais cliniques

Les traitements peuvent être de nature locale ou systémique. Les traitements locaux tels que l’intervention chirurgicale et la radiation traitent uniquement les tissus affectés, tandis que le traitement systémique est donné à travers le corps par voie orale ou intraveineuse. Typiquement prévu à la suite d’une intervention locale, la thérapie systémique est souvent administrée en tant que traitement adjuvant afin de réduire les risques de récidive. Dans certains cas, les traitements systémiques sont administrés avant la chirurgie afin de réduire la grosseur de la tumeur. On les appelle alors traitement néoadjuvant. L’ordre selon lequel les traitements sont administrés est déterminé par le type de cancer et les besoins particuliers de chaque patient. Les plans de traitement peuvent varier selon le stade de la maladie, la grosseur de la tumeur, les marqueurs tumoraux, les effets secondaires et la tolérance du traitement, etc. Afin de comprendre les effets secondaires à court et à long terme des thérapies, les patients devraient discuter des avantages, inconvénients et possibilités de traitement avec leur médecin et obtenir un deuxième avis. Les patients devraient également envisager des essais cliniques. La recherche indique que les patients soumis à des essais ont une meilleure qualité de vie et de survie. Pour plus d’information au sujet des essais cliniques au Québec, visitez les sites web du GEOQ et du RCN.

 

Réduire les risques

 

Demeurez actifs

- Quatre heures ou plus d’exercice vigoureux par semaine réduisent les risques. Les effets de l’activité physique sur le cancer du sein sont particulièrement bénéfiques chez les femmes en préménopause de poids moyen ou faible.

 

Limitez votre consommation d’alcool

- La consommation d’alcool, même modérée, augmente le risque de développer un cancer du sein.

 

La thérapie hormonale suite à la ménopause

- La thérapie de remplacement de l’œstrogène peut augmenter les risques de cancer du sein. Consultez votre médecin afin de prendre connaissance des effets positifs et négatifs de la thérapie hormonale.

 

L’allaitement

- L’allaitement réduit le risque de cancer du sein en réduisant l’exposition des cellules mammaires à l’œstrogène.

 

Chirurgie préventive

- La chirurgie préventive telle que l’ablation du sein ou des ovaires peut considérablement réduire les risques de cancer du sein chez les femmes à haut risque.

 

Où en sommes-nous?

Comme nous pouvons le constater par les milliers de femmes qui ont survécu ou qui vivent avec le cancer du sein au Québec, la communauté scientifique et médicale a fait d’énormes progrès au niveau des traitements. Cependant, de nombreux défis s’offrent encore à nous, et les cancers du sein métastatiques sont encore incurables : environ 30% des femmes diagnostiquées avec un cancer de stade précoce développeront des métastases. De plus, il existe peu de traitements systémiques autre que la chimiothérapie pour les cancers du sein triple négatif. L’immunothérapie, un traitement efficace contre les cancers du poumon et les mélanomes, fait présentement l’objet d’une initiative de recherche par la communauté scientifique. Alors que nous entamons le mois de la sensibilisation au cancer du sein, il est d’autant plus important de reconnaître les gestes qui nous aideront à développer de meilleurs traitements.