Logo FCSQ Français

Le cancer du sein métastatique démystifié

Partager

Partager sur les réseaux sociaux

12 octobre 2018

Dans le cadre de la Journée de sensibilisation au cancer du sein métastatique, tenue le 13 octobre, la Fondation cancer du sein du Québec souhaite profiter de l’occasion pour faire la lumière sur cette maladie redoutable : son apparition, son développement et les façons de la gérer.


Les cellules de cancer du sein ont la capacité de se propager localement dans le tissu mammaire et les ganglions lymphatiques avoisinants. Quand les cellules cancéreuses migrent vers des organes plus éloignés, on parle alors de cancer du sein métastatique (CSM), qu’on appelle aussi cancer du sein de stade avancé ou cancer du sein de stade IV. Parmi les organes cibles du CSM, citons : les os, le cerveau, le foie, les poumons, la peau et les ganglions lymphatiques éloignés.

 

Les cellules du cancer du sein se propagent à d’autres parties du corps en plusieurs étapes :

Les cellules de cancer du sein envahissent les tissus sains à proximité de la tumeur du sein pour pénétrer dans les ganglions lymphatiques et/ou les vaisseaux sanguins.

Les cellules cancéreuses utilisent la circulation sanguine et/ou le système lymphatique pour atteindre des organes éloignés, où elles laissent les vaisseaux envahir le nouveau site.  

Les cellules implantent une colonie sur le nouveau site, et prolifèrent de sorte à former une tumeur qui, comme la tumeur du sein initiale, évolue de sorte à être approvisionnée en sang.

Bien que le CSM soit incurable à l’heure actuelle, le taux de survie des patients s'accroît d'année en année. Il existe de nombreuses options de traitement visant à gérer les effets secondaires, à ralentir la progression de la maladie, à prolonger la survie et à améliorer la qualité de vie des patients. En surveillant les effets secondaires et en adoptant un mode de vie sain et actif, les personnes atteintes peuvent vivre pendant des mois, voire des années, avec le CSM.

La recherche met tout en œuvre pour décrypter les mécanismes sous-jacents du CSM, élaborer les meilleures approches pour le traiter et, plus important encore, les stratégies potentielles visant à le prévenir. Les patients sont encouragés à participer à des essais cliniques, où on teste l’efficacité de nouveaux traitements. À l'heure actuelle, de nouveaux traitements d'immunothérapie ont été approuvés afin de traiter des cancers de la peau et du poumon plus avancés. Ces mêmes traitements sont sous essais cliniques pour le traitement du CSM et font l'objet de résultats prometteurs.

Consultez la liste des essais cliniques disponibles au Québec :

Rossy Cancer Network

Groupe d'Étude en Oncologie du Québec (GEOQ)

Visitez notre page Web pour en savoir plus sur les signes, les symptômes et les options de traitement du CSM, ainsi que sur les ressources disponibles.

Vous avez d'autres questions, contactez notre infirmière clinicienne sur notre ligne de soutien téléphonique : 1-877-990-7171, poste 250.