Logo FCSQ Français

5 grandes études mondiales sur le cancer du sein

Partager

Partager sur les réseaux sociaux

19 décembre 2018

Du 4 au 8 décembre dernier s’est tenu le 41e congrès de San Antonio sur le cancer du sein. De réputation internationale, ce sommet annuel présente les grandes avancées en cancer du sein de partout dans le monde. Plus de 7 500 participants de plus de 90 pays ont assisté cette année. Jida El Hajjar, Vice-présidente aux investissements et promotion de la santé à la Fondation y était. Voici son compte-rendu !

5 études prometteuses dans le traitement du cancer du sein 

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes et la deuxième cause de décès liés au cancer. Plus que jamais, l’espoir est permis! D’importants projets sont en cours et les progrès en recherche sur le cancer du sein sont nombreux.

1. Réduire de 50% le risque de récidive chez les patientes dont le stade précoce est HER2-positif

Le TDM-1 améliore la survie après un traitement néoadjuvant chez les femmes ayant un cancer HER-2 positif et une maladie résiduelle. Les résultats de l'essai clinique de phase III KATHERINE démontrent que le traitement par l'emtansine de trastuzumab adjuvante (T-DM1, Kadcyla) au lieu du traitement adjuvant standard du trastuzumab (Herceptin) réduirait de 50 % le risque de récidive chez les patientes dont le stade précoce est HER2-positif et qui présentent un risque élevé de récurrence après un traitement néo-adjuvant (préchirurgical) par des taxanes. "La norme de soins a changé ", a déclaré Eric P. Winer, MD, du Dana-Farber Cancer Institute, Boston, MA, dans une discussion après la présentation des résultats de l'étude.

Le T-DM1 est actuellement approuvé au Canada pour traiter les patientes atteintes d'un cancer du sein métastatique HER2-positif.

2-  L’immunothérapie pour guérir le cancer du sein triple négatif

PDL-1 comme marqueur de la réponse au traitement par Atezolizumab (Tecentriq) et Nab-Paclitaxel (Taxol). L'expression PDL-1 est utilisée comme biomarqueur pour prédire la réponse de certaines immunothérapies. À partir de la première analyse intermédiaire de l'étude de phase III IMpassion 130, l'expression PDL-1 permet d'identifier les patientes atteintes d'un cancer du sein triple négatif (TNBC) qui bénéficieront d'une immunothérapie de première ligne avec l'Atezolizumab (Tecentriq) en association avec le nab-paclitaxel (Taxol). Il s'agit de la première étude de phase III à démontrer un avantage de l'immunothérapie pour le TNBC et ces résultats suggèrent que les patients atteints de TNBC métastatique nouvellement diagnostiqués devraient être testés pour le statut PDL-1.

3- L’ajout de Xeloda n’augmente pas la survie

Résultats de l'efficacité de l'adjuvant chimiothérapeutique Capecitabine (Xeloda) à la chimiothérapie standard à base d'anthracycline dans le cancer du sein précoce triple négatif. Les résultats de l'essai clinique randomisé de phase III GEICAM/CIBOMA ont démontré que l'ajout de capécitabine (Xeloda) comme adjuvant à la chimiothérapie à base d'anthracycline (Adriamycine) n'augmentait pas significativement la survie globale chez les patients au stade précoce du TNBC. Après un suivi médian de 7,3 ans, l'étude a rapporté une survie globale de 86,2 % dans le groupe capécitabine contre 85,9 % dans le groupe observation.

4- Le pouvoir de l’exercice !

Energy Balance and Breast Cancer Aspects-II (EBBA-II). Les résultats de l'essai EBBA-II ont montré que les femmes qui ont suivi un programme guidé d'exercices cardiovasculaires pendant un traitement adjuvant avaient une meilleure fonction cardiovasculaire que celles qui n'ont pas participé à ce programme. Sous supervision, le groupe d'exercices s'entraînait deux fois par semaine pendant 60 minutes chaque fois, combinant aérobie, étirements et musculation. Les chercheurs de cette étude ont observé que parmi les patients qui recevaient une chimiothérapie adjuvante, ceux qui avaient été randomisés dans le groupe d'exercice avaient retrouvé leur force cardiovasculaire de base avant l'intervention chirurgicale au moment du suivi après 12 mois, alors que ceux du groupe témoin continuaient de présenter une fonction cardiovasculaire réduite. Après la présentation des résultats, le Dr Kent Osborne, MD, Baylor College of Mecdicine, a noté que " les médecins doivent commencer à intégrer l'exercice et l'alimentation dans leurs plans de traitement ".

5- Découverte pour réduire les bouffées de chaleur

Améliorer la qualité de vie. Les survivantes du cancer du sein qui ne sont pas candidates ou qui ne sont pas intéressées par l'hormonothérapie substitutive, mais qui prennent du tamoxifène (Nolvadex) ou un inhibiteur de l'aromatase, subissent des bouffées de chaleur gênantes comme effets secondaires du traitement. En plus d'avoir un impact sur la qualité de vie, les bouffées de chaleur sont également liées à l'arrêt du traitement du cancer du sein, ce qui pourrait ultimement augmenter le risque de récurrence du cancer du sein. Dans un essai clinique randomisé, à double insu et contrôlé par placebo, les chercheurs ont évalué si l'oxybutynine, un médicament couramment utilisé pour traiter l'incontinence urinaire, pouvait réduire les symptômes des bouffées de chaleur. Les résultats de l'étude indiquent que les patients qui ont pris de l'oxybutynine ont eu des bouffées de chaleur plus faibles que ceux qui ont reçu un placebo. De plus, les femmes qui prenaient de l'oxybutynine ont signalé une amélioration de leur vie professionnelle, de leurs activités sociales et de loisirs, de leur sommeil et de leur qualité de vie en général.