Logo FCSQ Français

Partager

Partager sur les réseaux sociaux

Causes biologiques

Les facteurs de risque non modifiables renvoient aux facteurs biologiques sur lesquels les femmes n’ont aucun contrôle, contrairement aux facteurs de risque modifiables.


Être une femme

Être une femme est en soi un facteur de risque de cancer du sein puisque plus de 99 % des cas de ce cancer se développent chez les femmes. La maladie apparaît chez l’homme dans moins de 1 % des cas, et ceux-ci sont souvent âgés de plus de 60 ans.


Avancer en âge

Le risque de cancer du sein augmente avec l’âge. Plus une femme vit longtemps, plus la probabilité qu’elle soit atteinte un jour de cette maladie est importante. Ce type de cancer est plus fréquent parmi les femmes âgées de 50 à 69 ans. Néanmoins, dans près d’un cas sur cinq, il touche les femmes de 20 à 49 ans. Dans environ 20 % des cas, il est diagnostiqué chez des femmes d’âge plus avancé.


Avoir déjà eu un cancer du sein

Les femmes qui ont déjà été atteintes d’un cancer du sein sont plus à risque d’en développer un autre, dans le même sein ou dans l’autre.


Avoir des antécédents familiaux de cancer du sein

Le risque de développer un cancer du sein augmente si un ou des membres de la famille, du côté paternel ou maternel, ont déjà été atteints d’un cancer du sein, en particulier s'il s'agit d'une femme et si son diagnostic a été posé avant la ménopause. En outre, plus le nombre de membres de la famille au premier degré d’une femme (père, mère, sœur ou fille) qui ont été atteints est élevé, plus le risque augmente.

Le risque est plus faible lorsqu’il s’agit de parenté au second degré (grand-mère, tante ou nièce), mais il est plus élevé si le membre de la famille a été atteint d’un cancer aux deux seins (cancer du sein bilatéral) avant la ménopause. Les antécédents familiaux suivants sont aussi considérés comme des facteurs de risque :

  • deux membres de la famille ou plus ont été atteints d’un cancer du sein ou de l’ovaire; 

  • un membre de la famille a été atteint d’un cancer du sein et d’un cancer de l’ovaire; 

  • un membre de la famille de sexe masculin a été atteint du cancer du sein.

Il faut toutefois noter que la plupart des femmes touchées n’ont pas d’antécédents familiaux de la maladie. Soyez vigilante : s’il y a des antécédents de cancer du sein dans votre famille, parlez-en à votre médecin.


Avoir des gènes ayant subi des mutations (BRCA1, BRCA2 ou autres)

Les gènes dont nous héritons peuvent avoir subi des mutations au cours des générations et ainsi augmenter le risque de développer un cancer. Cliquez ici pour en savoir plus sur les mutations génétiques


Être jeune au début des menstruations 

L’apparition des menstruations à un jeune âge, soit avant l’âge de 12 ans, allonge la durée d’exposition à l’œstrogène et à d’autres hormones, et augmente le risque de cancer du sein.


Connaître une ménopause tardive

Plus la ménopause survient tardivement, par exemple, après 55 ans, plus la femme se trouve longtemps exposée à l’œstrogène au cours de sa vie. Cela augmente le risque d’avoir un cancer du sein.


Avoir des cellules anormales dans le tissu mammaire (hyperplasie atypique)

L’hyperplasie atypique correspond à la présence d’un nombre élevé de cellules anormales (atypiques) dans le tissu mammaire. Les femmes diagnostiquées avec de l’hyperplasie atypique, lors d’une biopsie, ont un risque plus élevé de développer un cancer du sein.


Être de grande taille

Les femmes de grande taille ont un risque un peu plus élevé de développer un cancer du sein après la ménopause que les femmes de petite taille. L’alimentation durant l’enfance et l’adolescence pourrait être une piste d’explication.