Logo FCSQ Français

Partager

Partager sur les réseaux sociaux

Environ 5 à 10 % des cancers du sein

Les gènes dont nous héritons peuvent avoir subi des mutations au cours des générations et ainsi augmenter le risque de développer un cancer. Toutefois, seul un petit nombre de cancers du sein, soit de 5 à 10 % environ, seraient attribuables à une mutation génétique connue.

BRCA

En ce qui concerne le cancer du sein, des mutations dans des gènes tels que BRCA1 et BRCA2 rendent certaines femmes plus susceptibles d’être atteintes d’un cancer du sein. À cause des effets de leurs mutations, ces gènes ne peuvent plus jouer leur rôle normal et contribuent à l’apparition de tumeurs. Cependant, les mutations dans ces gènes sont rares.

Des études ont révélé que les femmes porteuses de mutations dans les gènes BRCA1 et BRCA2 ont un risque élevé de développer un cancer du sein. La maladie se développe chez 50 à 80 % de ces femmes,  particulièrement à un jeune âge ou avant la ménopause. De plus, si un cancer apparaît dans un sein, le risque est accru de voir la maladie se développer dans l’autre.

Autres troubles génétiques

Certains autres troubles génétiques héréditaires rares font aussi augmenter le risque de cancer du sein : le syndrome de Li-Fraumeni, l’ataxie-télangiectasies, le syndrome de Cowden, le syndrome de Peutz-Jeghers et la mutation du gène CHEK2.

Si le risque de cancer du sein lié à des mutations héréditaires vous inquiète, n’hésitez pas à en parler à votre médecin. Il est possible de procéder à une évaluation du risque ou à un dépistage génétique.