Logo FCSQ Français

Partager

Partager sur les réseaux sociaux

Femmes ciblées et fréquence du test

Toutes les Québécoises, lorsqu’elles atteignent l’âge de 50 ans (et tous les deux ans ensuite), reçoivent par la poste une lettre d’invitation à participer au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS). Les services sont offerts dans chacune des régions du Québec.

« L’originalité du Programme québécois de dépistage du cancer du sein est que la lettre d’invitation, en plus de donner aux femmes toute l’information et les numéros de téléphone nécessaires à la prise de rendez-vous, constitue une prescription en soi. Elle permet aux femmes de demander directement une mammographie de dépistage. » - Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec.

Le nombre de cas de cancer du sein est plus élevé pour les femmes âgées de 50 à 69 ans. En fait, la majorité des cas de cancer du sein concernent des femmes de 50 ans et plus (Statistiques). Les principaux acteurs de la santé, y compris la Fondation du cancer du sein du Québec, recommandent donc aux femmes de 50 à 69 ans de passer une mammographie tous les deux ans.

  • Si vous avez moins de 50 ans, il est possible que votre médecin vous recommande de passer tout de même une mammographie à intervalles réguliers, parce que votre risque personnel serait plus élevé que la moyenne. Si vous ne l’avez pas déjà fait, discutez avec votre médecin de vos propres facteurs de risque ainsi que des avantages et des inconvénients de la mammographie à votre âge. En savoir plus sur les facteurs de risque.
  • Si vous avez 70 ans ou plus, demandez à votre médecin à quelle fréquence vous devriez passer une mammographie.

Qu'est-ce qu'une mammographie?

La mammographie est une radiographie à faible dose de rayons x des tissus des seins, pour en obtenir des images détaillées, appelées clichés mammaires, sous différents angles. Voici comment se passe cet examen, qui dure souvent moins d’une minute.

La femme se place debout devant l’appareil de mammographie (mammographe), et chacun de ses seins est placé entre deux plaques de plastique, puis aplati par le pressage des plaques l’une contre l’autre. Cela permet d’obtenir des images claires et de minimiser la quantité de rayonnement employée. La femme doit rester immobile pendant la prise des clichés.

Il existe deux types de mammographies :

  1. La mammographie de dépistage est celle que les femmes de 50 à 69 ans, qui n'ont aucun signe de cancer du sein, passent aux deux ans. Ce type de mammographie aide à détecter des masses ou des régions anormales de tissu mammaire qui pourraient être trop petites pour être décelées lors d’un examen des seins avec les mains.
  2. La mammographie de diagnostic est pratiquée chez les femmes à qui un signe, comme une masse ou des tissus mammaires anormaux, a déjà été détecté. Cette détection aura alors été faite par les femmes elles-mêmes, lors de leur observation des seins, par un médecin pendant un examen clinique des seins, ou encore par une mammographie de dépistage. Le test est alors plus approfondi et un peu plus long, permettant d’obtenir davantage de clichés mammaires, ceux-ci étant plus détaillés et pris de différents angles, que lors d’une mammographie de dépistage.

Notez qu’après avoir passé une mammographie, vous pourrez reprendre vos activités normalement.


Inconvénients et avantages de la mammographie

La mammographie peut être inconfortable ou douloureuse pour certaines femmes, à cause de la compression des seins durant le test. Cependant, cette sensation dure seulement quelques secondes. Notez que la compression ne peut pas causer un cancer du sein ni, si une tumeur est présente, entraîner une accélération de la croissance ou de la propagation de celle-ci.

Vous pouvez réduire les sensations douloureuses en appliquant les conseils que vous trouverez à la section Comment vous préparer à passer une mammographie. Et si, avant la prise des clichés mammaires, votre inconfort est vraiment important, mentionnez-le à la personne responsable d’administrer la radiographie, car elle pourrait alors essayer d’ajuster la compression autrement.

Quel que soit cet inconfort, n’oubliez jamais qu’une mammographie aux deux ans pourrait vous sauver la vie : des études ont montré que cette pratique diminue la mortalité liée au cancer de sein chez les femmes de 50 à 69 ans.

Aucun test de dépistage du cancer, y compris la mammographie, n’est infaillible. Par exemple, une mammographie pourrait indiquer la présence d’un cancer qui, en fait, n’existe pas – c’est un faux résultat positif. À l’inverse, une mammographie pourrait ne pas détecter de réelles cellules cancéreuses.

Le tableau suivant permet d’illustrer les principales différences quant à l’incidence et à la mortalité par cancer du sein chez les femmes qui participent ou non à un programme de dépistage.

Estimation des effets sur des femmes suivies pendant 20 ans

Chez 1 000 participantes au programme de dépistage

Chez 1 000 non-participantes au programme de dépistage

Nombre de femmes qui auront au moins un examen complémentaire au cours des 20 années (une mammographie additionnelle jusqu’à la biopsie)

495 325
Nombre de cancers confirmés (on trouverait 23 cancers du sein de plus grâce au dépistage) 77 54

Nombre de femmes qui décéderont d’un cancer du sein (il y aura donc 7 décès de moins par cancer du sein chez celles qui font le dépistage)

13 20

Nombre de femmes qui ont été traitées pour un cancer du sein, mais dont la vie n’était pas menacée s’il n’avait pas été traité (ce sont les surdiagnostics)

10 0

Sources : Ministère de la Santé et des Services sociaux et Institut national de santé publique du Québec

Dans l’ensemble, la mammographie est la méthode la plus reconnue et la plus fiable pour dépister le cancer du sein, et des recherches ont révélé que les femmes qui passent régulièrement ce test sont moins susceptibles d’obtenir de faux résultats positifs.

De plus, il peut être rassurant de savoir qu’aucune anomalie n’a été détectée lors de la mammographie. 

Il est possible qu’un cancer du sein commence à se développer dans une période de deux ans, entre deux mammographies. Toutefois, l’observation régulière des seins et un examen clinique augmentent les chances que ce cancer soit décelé avant la prochaine mammographie. Grâce à l’adoption de ces bonnes pratiques, les probabilités que le cancer soit de petite taille, donc plus facile à éliminer, augmentent aussi.

De façon générale, plus un cancer est dépisté à un stade précoce, meilleures sont les chances de guérison.


Comment vous préparer à passer une mammographie

  • Il est préférable de passer une mammographie de sept à dix jours après le début des menstruations, au moment où les seins sont moins sensibles.
  • Cinq à sept jours avant la mammographie, évitez les boissons et les aliments qui contiennent de la caféine, comme le cola et le chocolat. Cela peut vous aider à réduire l’inconfort du test.

  • Avant de vous présenter au test, n’appliquez pas de déodorant ou d’antisudorifique, de lotion pour le corps ou de poudre de talc sur vos aisselles ou vos seins. De plus, habillez votre torse de vêtements faciles à enlever par le haut du corps, et ne portez pas de colliers ni de bijoux encombrants.


Où passer une mammographie au Québec

Si vous êtes âgée de 50 à 69 ans, vous recevrez une lettre du Programme québécois de dépistage du cancer du sein vous invitant à passer cet examen gratuitement à l’un des 93 centres de dépistage désignés. Cliquez ici pour connaître le nom et les coordonnées du centre de dépistage désigné le plus près de chez vous. Une femme qui n’est pas admissible ou qui ne participe pas à ce programme peut obtenir une ordonnance de son médecin pour aller passer une mammographie.

Si vous désirez de plus amples renseignements concernant la mammographie, visitez mammo.ca ou depistagesein.ca.