fbpx

Nos conseils santé

Partagez sur

Une bonne nutrition, c’est aussi de la prévention : 10 conseils santé

Si votre mère insistait autant pour que vous mangiez tous vos brocolis, ce n’est pas pour rien : bien manger, c’est excellent pour la santé. Une bonne alimentation a en effet de nombreux bénéfices pour le corps, autant à court qu’à long terme ! Parmi ces derniers, on retrouve :  

  • Une diminution du risque de maladies chroniques, diabète, cardiovasculaires,
  • Des bénéfices pour la santé mentale,
  • Une diminution du risque de cancers !

De bonnes habitudes alimentaires et un mode de vie sain sont conseillés dans une optique de prévention du cancer du sein. En effet, même si cela ne vous empêchera pas forcément d’en être atteint au cours de votre vie, les chances d’en avoir un en seront réduites. Découvrez nos recommandations afin de prendre soin de votre corps !

1. Maintenir un poids santé

Il a été étudié que l’obésité, surtout après la ménopause, augmenterait le risque de développer un cancer du sein[1]. L’adoption de saines habitudes est donc bénéfique dans toutes les sphères de votre santé. Mais comment arrive-t-on à maintenir un poids santé ? Une saine alimentation est un excellent outil, et les prochains conseils vous aiguilleront davantage sur les bonnes habitudes à adopter.

2. De la couleur plein l’assiette

On vous le répète un peu partout, mais manger ses fruits et légumes, c’est bon pour la santé ! En plus, ils sont pratiques car on peut les utiliser pour tous nos repas et nos collations. Vous vous demandez si vous avez une bonne variété de végétaux dans votre assiette ? Un bon indice est de s’assurer qu’elle soit colorée tout au long de la journée.

Petite astuce : les fruits et légumes surgelés ou en conserve sont aussi nutritifs que les frais[2] ! On peut s’en garder à portée de main pour sauver du temps. Vous n’avez donc plus d’excuses pour ne pas cuisiner plus de légumes !

3. Des légumes verts et crucifères

Sachez que les légumes de types « crucifères » (brocolis, chou-fleurs, différents types de chou, radis, navets, etc.), sont plein de caroténoïdes qui sont étudiés dans la prévention du cancer[3]. Rassurez-vous, il n’est pas nécessaire de commencer à ne manger que des brocolis, mais vous pouvez en intégrer un peu plus dans vos assiettes !

4. Des aliments riches en fibres

Intégrer les fibres dans votre alimentation, c’est plus facile que vous ne pourriez le penser puisqu’on en retrouve un peu partout. Voici quelques astuces pour vous assurer de les avoir dans votre assiette[4] :

  • Privilégiez les produits à grains entiers (pain, céréales, pâtes, farine, etc.),
  • Privilégiez les fruits entiers aux jus de fruits, puisque ces derniers perdent leurs fibres dans leur processus de transformation,
  • Les légumineuses sont délicieuses en sauté, dans les salades ou dans les soupes, en plus d’être riches en fibre !

5. Éviter les aliments riches en matières grasses

Il est toujours préférable de choisir des aliments faibles en gras pour votre cuisine. Pas de panique, il est encore possible de manger les mêmes aliments que d’habitude (lait, fromage, viande) ! Vous pouvez simplement choisir ceux qui ont une plus faible teneur en gras.

D’ailleurs, une récente étude a été menée à l’Université Laval et suggère que la consommation de produits laitiers à haute teneur en gras pourrait avoir une incidence sur une densité mammaire plus élevée[5]… Sachant que la densité mammaire est un facteur de risque du cancer du sein[6], le choix de produits laitiers faibles en gras pourrait donc être plus judicieux.

6. Diminuer sa consommation d’alcool

Un verre de vin rouge par jour éloigne le médecin pour toujours ? FAUX!

En effet, de plus en plus d’études démontrent un lien entre la consommation d’alcool et le développement de certains types de cancers, dont le cancer du sein. Dernièrement, une étude publiée dans The Lancet Oncology affirmait que 4% des nouveaux cas de cancers en 2020 étaient attribuables à la consommation d’alcool[7]… Il est donc important d’en modérer votre consommation !

7. Prenez le temps de cuisiner

Limiter votre consommation de produits transformés, et privilégier la consommation de produits frais est une bonne habitude à prendre. Il est en effet plus bénéfique pour votre santé d’apprendre à apprêter les produits frais que de les acheter déjà préparés ! Mais pour s’assurer que cuisiner reste amusant et ne devienne pas une corvée, voici quelques trucs à essayer chez vous :

  • Initiez vos enfants à la cuisine et cuisinez en famille,
  • Organisez-vous une journée « popotte » avec vos ami.es et préparez des repas à congeler,
  • Inscrivez-vous à des ateliers de cuisine,
  • Informez-vous sur les groupes de cuisine communautaire dans votre région.

8. Attention aux mythes !

Il existe certaines croyances qui soutiennent que certains aliments pourraient empêcher ou même guérir le cancer du sein. Il n’existe cependant aucun aliment ayant déjà été scientifiquement prouvé avec de tels pouvoirs ! C’est donc votre hygiène de vie et votre alimentation globale qui auraient une influence sur votre santé.

9. Le pouvoir de l’activité physique

Pour bien digérer tous les nutriments mentionnés plus hauts, quoi de mieux que de bouger ! L’activité physique apporte aussi de nombreux bénéfices pour la santé et une diminution du risque de développer un cancer du sein[8]. Vous êtes déjà diagnostiqué.e avec un cancer du sein ? Pas d’inquiétudes, nous avons mis sur pied le programme Ma Santé ActiveMC afin de vous guider dans vos exercices en toute sécurité, tout en gérant votre plan de soin.

Une bonne hygiène de vie, c’est donc très important. Même s’il n’existe pour le moment pas de recette miracle pour prévenir le cancer, vous pouvez mettre les chances de votre côté en adoptant ces saines habitudes. Maintenant, à vos fourneaux et bon appétit !

Bibliographie

Canitrot, Elisabeth, et Caroline Diorio. « Dairy Food Consumption and Mammographic Breast Density: The Role of Fat ». Anticancer Research 39, no 11 (novembre 2019): 6197‑6208.

FCSQ. « Objectifs de Ma Santé Active ». Fondation cancer du sein du Québec (blog). Consulté le 18 février 2022.
https://rubanrose.org/ma-communaute-rose/soutien-ressources/ma-sante-active/objectifs-de-ma-sante-active.

Fondation cancer du sein du Québec. « Dépistage et facteurs de risque ». Ruban rose, 2021.
https://rubanrose.org/minformer/a-propos-du-cancer-du-sein/depistage-et-facteurs-de-risques.

Guide alimentaire canadien. « Mangez des légumes et des fruits ». Guide alimentaire canadien, 3 juillet 2020.
https://guide-alimentaire.canada.ca/fr/recommandations-en-matiere-dalimentation-saine/prenez-habitude-de-manger-legumes-fruits-grains-entiers-proteines/mangez-legumes-et-fruits.

Les diététistes du Canada. « Accent Sur Les Fibres Alimentaires », octobre 2018.

National Cancer Institute. « Cruciferous Vegetables and Cancer Prevention ». CgvArticle, 15 juin 2012. Nciglobal,ncienterprise.

Rumgay, Harriet, Kevin Shield, Hadrien Charvat, Pietro Ferrari, Bundit Sornpaisarn, Isidore Obot, Farhad Islami, Valery E P P Lemmens, Jürgen Rehm, et Isabelle Soerjomataram. « Global Burden of Cancer in 2020 Attributable to Alcohol Consumption: A Population-Based Study ». The Lancet Oncology 22, no 8 (août 2021): 1071‑80.

World Cancer Research Fund/American Institute for Cancer Research. « Diet, Nutrition, Physical Activity and Breast Cancer », 2018, 124.

[1] World Cancer Research Fund/American Institute for Cancer Research, « Diet, Nutrition, Physical Activity and Breast Cancer ».
[2] Guide alimentaire canadien, « Mangez des légumes et des fruits ».
[3] National Cancer Institute, « Cruciferous Vegetables and Cancer Prevention ».
[4] Les diététistes du Canada, « Accent Sur Les Fibres Alimentaires ».
[5] Canitrot et Diorio, « Dairy Food Consumption and Mammographic Breast Density ».
[6] Fondation cancer du sein du Québec, « Dépistage et facteurs de risque ».
[7] Rumgay et al., « Global Burden of Cancer in 2020 Attributable to Alcohol Consumption ».
[8] FCSQ, « Objectifs de Ma Santé Active ».