14 octobre 2021Santé des seins

Mammographie : pour qui, pour quoi et comment ?

Après une bonne observation de vos seins, vous remarquez une bosse, une rougeur ou encore une ulcération du mamelon. Vous savez alors que vous devez appeler votre médecin de famille et qu’il est possible qu’il vous demande d’aller passer une mammographie. Peut-être avez-vous aussi reçu votre lettre du Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) ?

C’est alors que l’angoisse monte en vous. Vous imaginez vos seins être écrasés comme une feuille de papier par une énorme machine métallique !

Pas de panique ! la mammographie, ce n’est pas si effrayant et c’est même très utile.

Pourquoi passe-t-on une mammographie ?

Il existe deux types de mammographie. La mammographie de dépistage et la mammographie de diagnostic.

La mammographie de dépistage, c’est celle que le Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) vous invite à passer tous les deux ans, dès l’âge de 50 ans jusqu’à 69 ans. Pourquoi cette tranche d’âge précisément ? Tout simplement parce que les femmes de ce groupe d’âge présentent le taux le plus élevé de cas de cancer du sein. En proposant une mammographie de dépistage tous les deux ans, il est possible de détecter la présence de la maladie avant l’apparition des premiers symptômes pour une prise en charge rapide, ce qui peut éviter des traitements plus agressifs. Des études ont montré que ce programme sauve réellement des vies par une détection précoce du cancer du sein avant les premiers signes.

La mammographie de diagnostic se fait plutôt à la demande du médecin de famille et sur la base de symptômes mammaires. Il n’est pas possible de passer une mammographie sur demande. Votre médecin de famille fera plutôt un examen clinique et vous posera quelques questions sur vos facteurs de risque pour décider si vous devez passer une mammographie ou non.  

Qu’est-ce qu’une mammographie ?

Avant tout, sachez que seule une technologue en imagerie médicale attestée par l’Ordre des technologues en imagerie médicale, en radio-oncologie et en électrophysiologie médicale du Québec (OTIMROEPMQ), peut vous faire passer cet examen. Notez bien qu’à l’heure actuelle, aucun homme ne pratique la mammographie au Québec et c’est pourquoi vous serez toujours accueilli par UNE technologue !

La mammographie permet de prendre des images de l’intérieur des seins, sous différents angles, à l’aide de faibles doses de rayons X. Il s’agit de l’examen le plus efficace pour détecter rapidement la possible présence d’un cancer du sein, et ce, même à un stade très précoce et sans aucun symptôme.

Il n’y a pas d’âge pour passer une mammographie, même pour les hommes ! Et oui, rappelons que 1 % des cas de cancer du sein touche les hommes. Toutefois, toutes les femmes entre 50 et 69 ans sont systématiquement invitées à passer une mammographie de dépistage tous les deux ans. Pour toutes les autres, on parle plutôt de mammographie de diagnostic, à la demande du médecin et sur la base de symptômes. Une femme entre 50 et 69 ans peut aussi passer une mammographie de diagnostic si elle détecte un symptôme qui l’inquiète et que son médecin juge nécessai d’investiguer.  

Comment se prépare-t-on à une mammographie ?

Il n’y a pas de préparation particulière, mais il existe quelques conseils pour que le tout se passe le mieux possible :

  • Évitez les robes et priorisez les vêtements qui s’enlèvent seulement par le haut,
  • Avant le test, il est bien important de ne pas appliquer de déodorant, anti-sudorifique, crème, poudre et parfum aux niveaux des seins et des aisselles,
  • Évitez les colliers ou tout autre bijou encombrant,
  • Quelques jours avant, évitez les aliments à base de caféine comme le chocolat. Si vous avez tendance à avoir les seins sensibles, vous pouvez demander à passer l’examen sept à dix jours après les menstruations.

Comment se déroule la mammographie ?

La mammographie n’est pas aussi terrible qu’on pourrait le croire. C’est en fait un examen très simple qui dure entre 15 et 20 minutes.

D’abord, une technologue vous accueillera et vous demandera de retirer votre haut pour être torse nu. Elle vous positionnera sur l’appareil et vous resterez en position debout tout au long du test.

Les seins seront alors comprimés successivement entre deux plateaux de compression. Un minimum de deux clichés seront pris sous deux angles différents, horizontal et oblique (de côté) afin de bien localiser et situer toutes anomalies possibles dans les seins.

L’examen de base comporte 2 clichés par sein. Il est toujours important de réaliser 2 vues orthogonales afin de bien localiser et situer toutes anomalies possibles dans les seins. Et c’est tout !

Il n’y a pas de risque de blessure ou de lésion associé à cet examen, sinon un léger inconfort pendant la compression des seins. Mais au final, ce sont 20 minutes qui peuvent sauver des vies.

Comment on explique les résultats ?

Les radiologistes se réfèrent à la classification BI-RADS (Breast Imaging-Reporting and Data System) pour définir les résultats de la mammographie et les prochaines étapes suggérées.

On présente le classement comme suit :

  • BIRADS 0 : Classification d’attente, quand des investigations complémentaires sont nécessaires
  • BIRADS 1 : Mammographie normale
  • BIRADS 2 : Il existe des anomalies bénignes (c’est-à-dire sans gravité) qui ne nécessitent ni surveillance ni examen complémentaire
  • BIRADS 3 : Il existe une anomalie probablement bénigne pour laquelle une surveillance à court terme (3 ou 6 mois) est conseillée
  • BIRADS 4 : Il existe une anomalie indéterminée ou suspecte
  • BIRADS 5 : Il existe une anomalie évocatrice d’un cancer

Selon les résultats des clichés, le médecin recommandera soit de ne rien faire, de faire un suivi serré, ou encore de procéder à des examens plus approfondis comme une échographie mammaire. Lorsque l’imagerie est classifiée BI-RADS 4 ou 5, il demandera une biopsie. La biopsie est le seul examen qui peut confirmer le diagnostic définitif de cancer du sein.

Le résultat de la mammographie inclut aussi une classification de la densité mammaire. Elle est classée en 4 catégories, de A à D :

  • A : Seins presque entièrement graisseux,
  • B : Seins composés de zones de densités fibroglandulaires éparses,
  • C : Seins denses de façon hétérogène, pouvant masquer de petites masses,
  • D : Seins extrêmement denses, diminuant la sensibilité de la mammographie.

Plus le tissu est graisseux, plus la qualité de l’image permettra de voir s’il y a une masse ou des lésions. À l’opposé, un tissu qui serait glandulaire (qui sécrète le lait maternel) ou fibreux pourrait être nuire à la qualité de l’image. Quand le tissu est plus fibreux que graisseux, il sera alors plus dense selon la proportion des tissus.

Si les seins sont trop denses, cela peut diminuer la qualité de l’image et empêcher de voir une masse. Le médecin pourrait alors recommander des examens plus poussés, comme l’échographie mammaire.

Voici des exemples de seins peu denses et très denses. (Crédit photo : OTIMROEPMQ)

Finalement, les bénéfices de la mammographie sont plus importants que l’inconfort qu’elle peut causer. Si vous avez des symptômes qui vous préoccupent, ne tardez pas à en parler à votre médecin et à investiguer, même si l’examen et ses résultats vous font peur. La plupart des anomalies détectées s’avèrent être bénignes, mais advenant qu’elle soit maligne, mieux vaut trop tôt que trop tard.

Si vous avez des questions ou des doutes concernant le cancer du sein, nous sommes là pour vous avant, pendant et après le diagnostic et les traitements. N’hésitez pas à nous appeler, un professionnel vous répondra de manière confidentiel : 1-855-561-ROSE

Nous tenons à remercier OTIMROEPMQ pour sa participation à l’écriture de cet article.

BIBLIOGRAPHIE
Fondation cancer du sein du Québec. « Dépistage et facteurs de risque ». Ruban rose, 2021. https://rubanrose.org/minformer/a-propos-du-cancer-du-sein/depistage-et-facteurs-de-risques/.
Ruban rose. « Mammographie ». Consulté le 23 septembre 2021. https://rubanrose.org/minformer/depistage-et-diagnostic/mammographie/.
Ruban rose. « Statistiques sur le cancer du sein | M’informer ». Consulté le 27 septembre 2021. https://rubanrose.org/minformer/a-propos-du-cancer-du-sein/statistiques-sur-le-cancer-du-sein/.
Sickles, EA, D’Orsi CJ, Bassett LW, et al. ACR BI-RADS® Mammography. In: ACR BI-RADS® Atlas, Breast Imaging Reporting and Data System. Reston, VA, American College of Radiology; 2013.

Faire un don Faire un don