1 mai 2020Balados

#7 LE JOUR OÙ… J’AI OSÉ M’AFFIRMER AU TRAVAIL

Osez-vous vous affirmer au travail ? Fixer vos limites ? Dire non ? Couper après le boulot ? S’arrêter c’est difficile. Lylia, infirmière de formation, l’a appris à ses dépens. Dans cet épisode de la série « Le jour où… », vous serez plongé dans une discussion sensible et sincère sur l’importance de s’affirmer au travail.

Cancer et retour au travail 

Un sourire franc, de grands yeux bruns scintillants, une gestuelle flamboyante à la fois raffinée, Lylia est de ces personnes si attachantes et fascinantes. D’origine algérienne, cette femme de 55 ans habite au Québec depuis maintenant 20 ans. Pour notre rencontre, Lylia nous accueille dans son logement au décor zen, chaleureux et coloré. À table, fume du thé aux notes de menthe, cueillie dans le jardin de sa mère qui réside toujours en Algérie. Des pâtisseries algériennes accompagnent le tout. 

Lylia a l’art de recevoir. Lylia a le don de nous faire sentir bien! 

Pour moi m’affirmer au travail c’est d’être capable de nommer ce que je suis capable de faire et aussi ce que je ne suis plus capable de faire. 

Lylia est infirmière depuis qu’elle est installée au Québec. Elle adore son métier! En novembre 2016, elle a reçu un diagnostic de cancer du sein. Elle a été forcée d’arrêter. Huit mois plus tard, elle est retournée au boulot, comme si rien ne s’était passé, comme si c’était comme avant. 

Je n’ai pas pris le temps de guérir mon âme. Je suis revenue trop vite. Toutes les recommandations de mon équipe médicale sur l’après cancer,  je n’en ai pas tenues compte. 

De retour au travail après le cancer, Lylia a assuré 2 emplois à temps partiel. Un en chirurgie. L’autre en CHSLD. La réalité l’a rattrapée.

J’ai fait une crise de panique sur l’unité de chirurgie. Une surcharge, un trop plein. Je n’étais plus au même rythme que ce qu’il se passait sur ces départements-là. 

Reconnaître ses limites

Cette situation l’a amenée à faire des choix pour sa santé physique et mentale.

J’ai décidé de démissionner de la chirurgie. Ça été un deuil. J’aimais tellement ça. Mais une petite voix en moi me disait que ce n’était plus pour moi. 

Aujourd’hui, Lylia travaille dans d’autres départements, là où la vitesse, la pression et l’approche sont différentes.

Il n’est jamais trop tard pour apprendre à s’écouter, s’assumer et se respecter sur son milieu de travail. Lylia en est la preuve. À 55 ans, elle se dit plus que jamais sereine et heureuse au boulot.

J’ai appris à m’affirmer, à reconnaître mes limites. J’ai appris à canaliser mes forces vers une direction, celle que je voulais dans ma vie! Je veux être en paix. Je veux que mon âme guérisse. 


Pour découvrir d’autres épisodes de la série « Le jour où… », rendez-vous sur AppleSpotifySoundcloud et www.rubanrose.org.

Faire un don Faire un don