18 janvier 2021Non classifié(e)

1 M$ POUR AMÉLIORER LA QUALITÉ DES SOINS

Une excellente nouvelle pour commencer l’année !

La Fondation est fière de vous présenter les six lauréats 2020 du « Concours 1 million pour aider ». Ce concours, lancé par la Fondation en janvier 2020, soutient financièrement six projets qui révolutionneront la prise en charge des personnes touchées par le cancer du sein au Québec en améliorant leur qualité de vie et leur expérience-patient. Cette initiative a été rendue possible en partie grâce au soutien de la Banque Nationale, Grand partenaire de la Fondation.

La Fondation verse près d’un million de dollars à six chercheurs québécois, dont les travaux révolutionneront la prise en charge des personnes atteintes en améliorant leur qualité de vie et leur expérience-patient.

Saviez-vous que le « Concours 1 million pour aider » existe depuis 2014 ? Et qu’il a été créé par la Fondation ? Il s’inscrit comme une initiative de son Fonds de soutien et d’éducation pour améliorer les soins et l’éducation en cancer du sein au Québec. Depuis la mise sur pied de ce Fonds, plus de 7 millions de dollars ont été investis pour permettre la réalisation de 30 projets ciblant différents aspects de la trajectoire de soin du cancer du sein.

Découvrez les 6 lauréats du « Concours 1 million pour aider »

Dr Léamarie Meloche-Dumas du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), Dr Jean-François Boileau de l’Hôpital général juif et Dr Erica Patocskai du CHUM

Projet : Ganglion sentinelle et dissection axillaire ciblée chez les patient.e.s avec un cancer du sein.

1 femme sur 7 atteintes de cancer du sein subit inutilement une dissection axillaire, intervention chirurgicale, qui cause des morbidités tels que le lymphœdème et la perte de sensibilité au niveau de l’avant-bras. L’étude des Docteurs Meloche-Dumas, Boileau et Patocskai vise à diminuer ces morbidités reliées aux traitements chirurgicaux du cancer du sein grâce à une nouvelle technique de guidage per-opératoire.

Budget : 200 000 $

Dr Julie Lemieux du Centre hospitalier universitaire de Québec

Projet : Application mobile pour le suivi et la prise en charge des effets secondaires associés aux traitements antinéoplasiques oraux.

Fatigue, diarrhée, rougeurs sur la peau ; les chimiothérapies orales et les nouvelles thérapies ciblées prises par voix orales, et administrées à la maison, occasionnent parfois ces effets secondaires. Le projet pilote orchestré par Dr Julie Lemieux permettra, entre autres, aux personnes prenant ces médicaments de mieux comprendre et gérer leurs effets secondaires grâce à une application mobile.

Budget : 199 814 $

Dr Sylvie Lambert du Centre de recherche de St. Mary

Projet : e-IMPAQc, un programme de détection des symptômes livré à l’aide d’une application mobile.

Sous le leadership du Dre Sylvie Lambert et Rosanna Faria, e-IMPAQc offre aux femmes avec un cancer du sein des questionnaires sur leur téléphone mobile avant leur visite médicale pour identifier la sévérité des symptômes éprouvés. Un rapport est ensuite transféré au clinicien-traitant pour adapter les soins prodigués selon les réponses des patientes. Les patientes reçoivent aussi un rapport pour faciliter une prise en charge de leurs symptômes, ce qui est soutenu par des matériels éducatifs, adaptés à leurs besoins.

Budget : 199 970 $ 

Pr Angelo Tremblay de l’Université Laval

Projet : Intervention virtuelle favorisant de saines habitudes de vie.

L’objectif du projet coordonné par le professeur Angelo Tremblay est de favoriser une saine alimentation et la pratique de l’activité physique chez les personnes atteintes de cancer du sein. Le Pr Tremblay et son équipe développeront une plateforme web via laquelle des services avec des médecins de famille, des kinésiologues et des nutritionnistes seront offerts.

Budget : 199 500 $

Dr Sarkis Meterissian du Centre universitaire de santé McGill

Projet : Retour à la vie active après un cancer du sein : quel est l’impact d’un coach de vie ?

Une fois les traitements terminés, naviguer à travers la période de récupération physique et psychologique peut s’avérer difficile chez les patient.e.s touché.e.s par un cancer du sein. Ces personnes se sentent trop souvent laissées à elles-mêmes. Le Dr Sarkis Meterissian et son équipe étudieront l’impact d’un coach de vie après les traitements d’un cancer du sein dans l’objectif de mieux vivre avec les défis reliés à l’après traitement : anxiété, retour au travail et sexualité, par exemple.

Budget : 109 374 $

Dr Paquito Bernard de l’Université du Québec à Montréal

Projet : Activité physique adaptée pour les patient.e.s rapportant une détresse émotionnelle majeure.

Jusqu’à 35 % des personnes touchées par un cancer du sein vivent une forme sévère de détresse émotionnelle. Pourtant, à ce jour aucune intervention d’activité physique adaptée (APA) n’a été spécifiquement développée pour les personnes avec une détresse émotionnelle importante et un diagnostic de cancer du sein. Ce projet a pour objectif d’évaluer les effets d’une intervention APA sur les symptômes anxio-dépressifs et le sommeil des personnes atteintes faisant état de détresse émotionnelle.

Budget : 68 700 $

Tous ces projets prometteurs seront développés au cours des 2 prochaines années afin d’être accessible à un plus grand nombre possible de personnes.

Faire un don Faire un don